Aller au contenu principal

Ensemble, nous avons toujours une étape d'avance

Mémo juridique Février 2022

02 March 2022

D'une part, pour assouplir les règles du télémarketing de l'autre, la liste de Robinson

En vertu de la nouvelle loi sur les communications électroniques, le télémarketing peut être utilisé comme un appel de personne à personne à partir de 01/02/2022, avec la participation active de la personne du côté de l'appelant, même sans le consentement préalable de la personne appelé.

Toutefois, la nouvelle loi impose également certaines restrictions. À partir de 01/08/2022, les entreprises de télémarketing devront utiliser des numéros de téléphone spécifiquement dédiés aux communications marketing. C'est ainsi que le numéro vous dira qu’il s'agit d'un appel marketing.

Par la suite, depuis 01/11/2022, la liste Robinson sera établie, qui contiendra des numéros de téléphone auxquels il ne sera pas possible d’appeler pour le marketing direct. Cela permettra à chaque utilisateur d'indiquer volontairement son numéro dans la liste ou de s'opposer à un appel marketing directement à l'appelant.

Cependant, il ne sera pas aussi facile de se débarrasser des appels non sollicités sur une base permanente, que les nouvelles règles introduisent une série d'exceptions qui assoupissent les règles du télémarketing.  L’une des plus controversées est la possibilité d’un «consentement ultérieur». Il s'agit de la possibilité de contacter à nouveau les personnes afin d'obtenir leur consentement au télémarketing ou de faire appel de leur opposition aux communications marketing.  

Lorsque le contexte général de la publicité (campagne de marketing) est important

Le Conseil de la publicité, dans sa décision sur la publicité par Internet de l'huile de lin, a réaffirmé la nécessité de considérer les demandes de publicité dans le contexte global de la publicité (campagne de marketing). Dans ce contexte, il est nécessaire de considérer non seulement le nom de l'article, mais aussi l'ensemble de l'article dans le contexte de l'autre. Le fait que l'article lui-même était dans la section «blog» de l'e-shop du sponsor n'a aucun impact sur l'évaluation de ceci - en plus de l'article lui-même (blog) encourage l'achat d'un produit particulier directement du sponsor.

Les présentes conclusions du Conseil de la publicité peuvent être clairement identifiées comme l'activité du promoteur remplit la définition de base de la publicité, à savoir (i) c'est une initiative d'un entrepreneur afin d’en retirer un avantage pécuniaire (ii) l'information sur un produit particulier est fournie, et (iii) l'objectif est clairement d'influencer le comportement des consommateurs.      

Dans le même temps, le Conseil de la publicité a estimé que l'article sur le site Internet du promoteur contenant «l'huile de lin va également vaincre le cancer» ainsi que d'autres allégations contenues dans l'article constituent une publicité inadmissible, car il peut donner au consommateur l'impression que le produit peut avoir des effets thérapeutiques. Toutefois, ce qui n'a pas été démontré par les promoteurs, en particulier dans le contexte de la liste des allégations santé approuvées sur les denrées alimentaires (menée par l'Autorité européenne de sécurité des aliments).

Il ne suffit pas de rembourser l'amende; l'intérêt doit être payé

La Commission européenne a remboursé une partie de l'amende de 30 millions infligée à Deutsche Telekom pour abus de position dominante, à la suite d'un arrêt du Tribunal qui a réduit le montant de l'amende en questionToutefois, elle a refusé de payer les intérêts sur le retard de paiement demandé par la société pour la période allant du paiement du montant initial de l'amende jusqu'à la récupération d'une partie de celle-ci conformément à l'arrêt du Tribunal.

Deutsche Telekom a contesté cette procédure devant le Tribunal de l'UE, qui dans son arrêt Deutsche Telekom AG‑T 610/19 a conclu que Deutsche Telekom avait subi des dommages, ce qui équivaut à des intérêts de retard impayés sur le montant par lequel le Tribunal avait réduit l'amende initiale. Les intérêts sur les retards de paiement auraient dû être calculés à partir de la date de paiement de l'amende initiale jusqu'à la date de remboursement par la Commission européenne.  

Le jugement en question établit donc une règle claire selon laquelle, en cas d'imposition d'une amende qui est ensuite réduite après paiement, il ne suffit pas de rembourser cette partie de l'amende, mais l'intérêt dû pour le retard doit être payé

Nouvelles mesures contre les objections injustifiées dans les marchés publics

En pratique, il arrive souvent que dans le processus de passation des marchés publics, les objections aux procédures de passation des marchés publics soient abusives. L'abus prend la forme de diverses formes d'obstruction, d'intimidation ou de soi-disant « filiation de l'opposition », où le contenu des objections n'est pas important, mais la surcharge de l'entité contractante et, en fin de compte, le ralentissement du marché lui-même.

En vertu de la modification de la loi sur les marchés publics, l'Office des marchés publics peut suspendre la procédure d'opposition si les objections sont «manifestement non fondées». La nouvelle raison de la cessation de la procédure d'opposition est un outil de prévention contre les abus du droit de les déposer. Selon l'amendement, toute personne qui dépose une objection manifestement non fondée est responsable du dommage qu'il cause et aussi au profit de l'État, perd la garantie qu'il loge lorsqu'il fait opposition.

Toutefois, on peut se demander quel degré de rigueur et quels critères seront choisis par le bureau des marchés publics pour déterminer s'il s'agit d'une objection type, qui fait normalement partie de la procédure d'examen, ou s'il s'agit d'une objection visant à entraver indûment le processus d'approvisionnement.

La modification de la Loi sur les marchés publics, relative aux oppositions, entrera en vigueur le 31/03/2022.

Expéditions transfrontalières de déchets

Les expéditions transfrontalières de déchets municipaux mixtes sont soumises à un régime plus strict de notification écrite et de consentement préalable. Dans ce processus, les autorités compétentes peuvent soulever des objections motivées aux expéditions transfrontalières de déchets.

Dans son arrêt n° C 315/20 de Regione Veneto contre Plan Eco S.r.l à la fin de 2021, la Cour de justice de l'UE a établi que l'autorité compétente d'expédition peut s'opposer aux transferts de déchets municipaux mixtes (rubrique 20 03 01), qui a été classé dans la position 19 12 12 (déchets ayant subi un traitement) après traitement mécanique à des fins de récupération d'énergie, à moins qu'il n'y ait eu un changement important dans les caractéristiques initiales des déchets.

En l'espèce, il n'a pas été contesté, selon la Cour, que le traitement mécanique des déchets en question n´a pas modifié de façon substantielle les caractéristiques initiales des déchets. Ainsi, la Cour de justice de l'UE a estimé que, du point de vue de l'application de la législation sur les transferts transfrontaliers de déchets, la nature même des déchets est essentielle et non leur classification formelle dans le catalogue des déchets.

Lutte efficace contre la faillite – restructuration préventive

Dans le processus d'approbation parlementaire, il existe actuellement un projet de loi sur la résolution de la menace de faillite, qui vise à introduire, entre autres choses, la possibilité d'une soi-disant restructuration préventive.  

Une restructuration préventive serait volontaire et constituerait un moyen efficace d'empêcher le débiteur – entité juridique de faire faillite et de traiter ce problème dans l'une des procédures d'insolvabilité les plus exigeantes. 

La restructuration préventive peut prendre des formes publiques ou non publiques, qui sont toutes deux approuvées par la Cour. La décision du tribunal d'autoriser la protection préventive du public fournira au débiteur une protection dite temporaire, au cours de laquelle le débiteur ne peut pas être déclaré en faillite, la restructuration peut être autorisée et ne peut, en principe, faire l'objet d’une procédure d'exécution.

En cas de restructuration préventive non publique, il s'agit essentiellement d'un accord du débiteur, qui risque de faire faillite avec ses créanciers, qui sont soumis à la surveillance de la Banque nationale de Slovaquie, par exemple par les banques.

La restructuration préventive permettra ainsi à l'entrepreneur de poursuivre ses activités et peut aider à prévenir la faillite ou l’insolvabilité.

La loi est actuellement en deuxième lecture parlementaire et son efficacité est proposée à partir de 01/05/2022 ou de certaines de ses parties depuis le 17/07/2022.

Protection améliorée pour les hommes - pères

L'amendement au Code du travail vise à apporter une protection comparable aux hommes en ce qui concerne les soins à l'enfant né, comme les femmes en jouissent actuellement.

À l'heure actuelle, en cas de cessation d'emploi pendant la période d'essai, l'employeur est limité uniquement par rapport aux femmes. - enceintes, celles jusqu'à la fin du neuvième mois suivant la naissance et l'allaitantes. La relation d'emploi ne peut être résiliée qu'au cours de la période d'essai dans des cas exceptionnels qui ne sont pas liés à la grossesse ou à la maternité et qui doivent être dûment justifiés, sinon elle est invalide.

L'amendement vise à protéger les hommes contre la cessation de l'emploi probatoire déjà pour leur garantir le même droit (que les femmes) de prendre soin de leur enfant né. L'employeur pourra ainsi mettre fin à l'emploi probatoire avec l'employé - l'homme en congé de paternité seulement dans les mêmes conditions que celles actuellement applicables aux femmes.

La date limite proposée pour que la modification entre en vigueur est le 01/08/2022.